Gestion des déchets

Stockage des déchets : quelle traçabilité ?

La gestion du stockage des déchets est une problématique pour les entreprises industrielles. Le stockage des matières premières dangereuses est un sujet généralement maîtrisé (les logiciels ERP). Mais qu’en est-il de votre connaissance des quantités de déchets stockés et de leur dangerosité ?

stockage des déchets

©Carl Nenzen Loven

 

Bien connaître son stockage de déchets

Prévenir les risques pour ses salariés et protéger l’environnement passe par la bonne connaissance :

  • de la dangerosité des déchets dangereux stockés,
  • des quantités stockées par lieux de stockage,
  • des risques encourus en cas d’incendie.

Ces informations sont utiles aux démarches de prévention. Elles sont également nécessaires aux services de secours en cas d’incendie.

De plus, pour certaines entreprises concernées par la législation sur les Installations classées, ces informations peuvent être rendues obligatoires par les autorités (Préfet).

 

Relever les défis de la traçabilité

Aujourd’hui encore les entreprises rencontrent des difficultés pour recueillir et communiquer des informations fiables.

La première difficulté résulte de la caractérisation des déchets dangereux. Ils sont souvent composés de plusieurs résidus qui forment un mélange dont la dangerosité (inflammabilité, toxicité …) est difficile à apprécier. Le déchet dangereux n’est pas, à l’inverse d’un produit chimique, rattaché à une Fiche de Données de Sécurité (FDS). Néanmoins, la Fiche d’Identification du Déchets (FID) et les analyses préalables réalisées par les centres de traitement pour accepter les déchets dangereux, constituent des pistes intéressantes pour (mieux) connaître leur dangerosité.

Une deuxième difficulté est liée à la multitude des lieux de stockage des déchets. Rares sont les établissements qui rassemblent tous leurs déchets dans un unique lieu dédié.

Enfin, la connaissance des quantités stockées par typologie de dangerosité reste compliquée à communiquer à un instant t. D’une part, les contenants de déchets ne sont pas toujours remplis (exemple : GRV* de 1000 litres contenant 600 litres d’huile usagée) et impacte leur comptabilité peut parfois induire en erreur. D’autre part, les mouvements de déchets (produits et évacués) sont nombreux et donc pas faciles à suivre.

 

En conclusion, compte-tenu des enjeux, il apparaît nécessaire pour de nombreuses entreprises de mettre en place une organisation et/ou des logiciels pour améliorer la traçabilité du stockage des déchets.

 

* GRV : Grands Récipients pour Vrac

Nous vous conseillons

Déchets non dangereux : Traçabilité des filières de traitement

Élise

Tri des déchets : de nouvelles obligations dès le 1er juillet 2016

Élise

Économie circulaire et déchets : bilan et perspectives

Élise

Déchets industriels : le recyclage progresse de près de 60 % en 4 ans

Élise